D&Co une semaine pour tout changer, même l'audience

Publié le par SeBastien

Les émissions de déco sont a la mode dans le PAF, chacune a la sienne sauf … TF1, bizarrement la chaine préfère des émissions qui font déco sur sa grille !!

L’arrivée de D&Co sur M6 en hebdo s’est faite discrètement. A sa tête une collaboratrice fidèle d’Endemol. Non, elle ne s’occupait pas de la décoration des plateaux ou des bureaux, elle a commencé comme chroniqueuse sur Exclusif avant de s’occuper des candidats de Loft Stroy puis des élèves de la Star Académy. Elle a ensuite été journaliste pour Vie privée, Vie public de Mireille Dumas, rien en rapport avec la décoration.

Depuis septembre D&Co est diffusé le samedi (une rediffusion) et le dimanche. M6 voyant le premier prime time cartonné (plus de 5 millions de téléspectateurs) a décidé d’offrir au magazine une plus grande visibilité. C’est donc en face de 7à 8 et Vivement Dimanche que D&Co a été propulsé. Un pari risqué mais qui marche, l’émission fait vaciller TF1 notamment sur la fameuse ménagère de moins de 50 ans. Mardi c’était donc la deuxième expérience en prime time pour la nouvelle émission phare de M6.

Le principe de l’hebdo est de refaire une ou deux pièces avec des moyens assez limités tout en conservant au maximum l’existant. Pour la version 20h50 on est beaucoup plus dans le gros chantier : démolition de tout l’intérieur, réfection des pièces (quitte à les déplacer) et changement de l’ensemble du mobilier, le tout en une semaine.

On se prend rapidement au jeu et on vit avec joie l’évolution des travaux. Mais une grosse frustration apparaît, dans l’hebdo Valérie Damidot distille ses conseils, nous explique en profondeur ce qu’elle fait, alors que sur le prime on survole cet aspect pour pouvoir tout montrer. Finalement le téléspectateur se sent moins concerné et c’est dommage. On en ressort même avec une petite frustration, se disant qu’une demi heure de plus (l’émission dure environ 1h20) n’aurait pas été volé. On arrive tout de même à piocher quelques idées et à avoir quelques envies de travaux chez soi. De plus, le principe du compte en rebours est de trop.

Quant à Valérie Damidot, elle est moins présente sur ce prime et laisse régulièrement sa place aux ouvriers. Mais sa bonne humeur, sa joie de vivre et sa proximité avec les « candidats » et le public sont bien présents. A force de la voir chez les autres chaque semaine on a un peu l’impression qu’elle fait partie de la famille. Elle est loin des animateurs (trices) conventionnel(le)s. Elle incarne parfaitement le programme et on voit tout le plaisir qu’elle prend à faire plaisir aux gens. Une sincérité rare.

Un autre point fort : là ou l’émission pourrait verser dans le voyeurisme facile et bien elle l’évite. Elle filme discrètement les habitants retrouvant leur maison refaite et n’en fait pas des tonnes sur les émotions de chacun. D’ailleurs cette séquence est assez courte pour éviter d’en faire trop.

Donc ce n’est pas parce qu’on vient d’Endemol qu’on ne peut pas faire des choses de qualité, il faut le souligner. Précisons que Valérie Damidot est bien entouré par l’équipe de 20h50 productions, notamment le rédacteur en chef Renaud Rahard ancien chroniqueur et collaborateur de Christophe Dechavanne.

L’ensemble est donc plutôt réussi même si on se prend moins au jeu que pour la version hebdo D&Co. On ressort tout de même de l’émission avec le sourire.

La mode de la décoration est très présente à la télévision en ce moment et devrait donc disparaître (c’est le principe de la mode) dans un futur plus ou moins proche.

Dans tout les cas, M6 aura gagné sur toute la ligne, en effet, D&Co une semaine pour tout changer a été suivi par plus de 4,8 millions de téléspectateurs (deux chiffres cités dans le même article, je vais me faire taper sur les doigts par Médiamétrie moi !!!).

La chaine a aussi découvert une animatrice talentueuse et proche des gens.

Publié dans M6

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article