David No(man's)lande

Publié le par SeBastien

Après l’échec de l’Age de Grace, non pardon l’Etat de Grace et le succès de Petits meutres en famille, France 2 se demandait bien à quelle sauce allait être mangé sa nouvelle série David Nolande.

Une série « à l’américaine » selon la chaine dont voici le pitch : Un soir où David roule trop vite, il tue accidentellement une vieille gitane et la malédiction s'abat sur lui : il a pris une vie, il doit en sauver d'autres. Et s'il échoue ou n'intervient pas assez vite, un drame terrible frappera un membre de sa famille. Rêves prémonitoires et visions de mort rythment ses jours et ses nuits et sa vie devient une course contre la montre perpétuelle. Une seule solution pour sortir de cet enfer, réussir à faire lever la malédiction. Mais comment ?...

Je dois avouer qu’a mon humble avis la chaine et la production ont tenu leurs promesses. Bien loin des Julie Lescaut, PJ et autre Avocats et associés, France 2 nous propose une série noire, ultra esthétique et innovante de laquelle on ressort chamboulé. C’est la première fois que l’on peut découvrir une fiction française fantastique et c’est déjà un grand pas.

Esthétiquement parlant le réalisateur Nicolas Cuche, dont c’est la première grosse production, a pris le parti d’illustrer la noirceur du scénario par une image très sombre et des flashbacks rapides qui accentuent l’angoisse du héros, on s’y croit presque, mais il a tout de même tendance à en abuser. Pour le reste les plans ne sont pas vraiment originaux mais la mise en scène est convaincante.

L’histoire quant à elle n’est pas sans rappeler la série True Calling. La qualité des scénarios varie en fonction des épisodes tout comme l’ambiance, plus ou moins légère en fonction du thème abordé et du lieu ou se déroule l’action.

On s’attache très vite aux personnages principaux et notamment à Frederic Diefenthal qui est excellent. Il faut également saluer la prestation de Jean Louis Foulquier jouant un privé, ex-flic très convaincants (alors que je l’ai toujours trouvé très moyen dans ses autres rôles). Evidement les histoires sont assez rocambolesque (mais c’est le principe du fantastique) mais une petite chose me gène. En effet, des scènes de la série tournées en Province donne un petit côté franchouillard à la série, sans doute les américains nous ont-ils lobotomisé le cerveau mais j’ai toujours une petite voix qui me dit : les mêmes scènes tournées aux Etats-Unis passeraient mieux.

On passe tout de même un très agréable moment devant cette fiction de qualité qui est une révolution pour les séries françaises. Espérons que ce ne soit que le début !!

Je finirai par un gros bémol, là où une saison d’une série américaine contient entre 20 et 23 épisodes, celle-ci n’en fait que 6. Dommage, j’aurais bien passé quelques semaines de plus avec David Nolande.

Pour l’anecdote, dans la nuit qui a suivi mon visionnement de la série j’ai rêvé que je mourrais, cela a-t-il un rapport ?

Publié dans France 2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article